En règle générale, on déconseille l'absence digitale, c'est-à-dire de passer un mois et demi sans écrire sur son blog. C'est mal parce que les algorithmes nous oublient vite. Mais j'ai de bonnes raisons d'être restée silencieuse.

Les raisons de mon absence digitale

Tout d'abord, je n'ai pas à me justifier. Je fais ce que je veux : je suis ma propre patronne ! Et puis, vous ne vous en êtes peut-être même pas rendu.e.s compte. Sans compter que vous ne venez pas me lire pour découvrir le background tragi-comique de ma vie. Pourtant, c'est une belle leçon de vie.

La leçon n'est pas belle en soi. Elle le devient parce que je le choisis. J'ai rencontré des hésitations, des peurs, des revirements. Les choses se poursuivent comme en témoignent les supers nouvelles postées sur les réseaux sociaux (H'Up académie, Rezo des Fondus, la fin des cours avec une chouette Learning expedition, l'organisation de mon atelier aux Imaginales qui aura lieu demain le 19 mai, etc.). J'ai aussi annoncé officiellement que j'arrête mes vacations pour me consacrer pleinement à La Kintsugi Factory. Bref, plein de raisons qui m'ont demandé beaucoup d'efforts et de repos.

La peur, insidieuse compagne à apprivoiser

Et puis les questions sont revenues. Que dis-je, les angoisses !

Vais-je m'en sortir ? Une entrepreneuse handicapée a-t-elle une chance de réussir ? Est-ce que c'était une bonne idée d'abandonner mon business model qui reposait sur les vacations pour me lancer à 100% et sans filet (à la fin de mes alloc) dans un projet un peu fou comme La Kintsugi Factory ? Je me suis déjà tellement éloignée du projet initial L'Ivre d'Art, que je devrais peut-être abandonner l'idée et accepter que je ne suis plus capable de mener des projets d'envergure et ambitieux...

Et puis au détour d'une lecture, d'une rencontre, d'une discussion avec une amie, on se souvient pourquoi on a vibré. Pourquoi ça nous a fait rêver. Pourquoi on s'est lancé. Et pourquoi on n'abandonnera pas, même si ça nous doit coûter 10.000€ parce que finalement, l'aventure nous aura apporté 1000 fois plus : des souvenirs à chérir quand/si un jour tout soit s'arrêter, que ce soit à cause de la maladie, d'un fauteuil roulant, ou la mort, jamais très loin de l'angoisse de réaliser ses rêves...

Alors, oui la digitalisation c'est important mais l'absence digitale est également une source d'inspiration ! J'ai pris du recul et une stagiaire communication qui m'apprend énormément sur les meilleurs moyens de communiquer avec vous. Le blog va peut-être évoluer, le site est en perpétuelle construction, les médias sociaux débordent d'informations et de clarifications. Suivez-nous encore plus ! 😉